Vous êtes ici :

En savoir plus

Economie d'énergie

L’ADEME a choisi de cibler son activité de formation en matière d’économies d’énergie sur quelques thèmes clés qui ont en commun la capacité de viser à réduire la facture énergétique grâce à des actions concrètes et efficaces. Les formations proposées en matière d’économie d’énergie visent des champs variés. Elles concernent la précarité énergétique, l’éclairage public ainsi que les consommations d’énergie dans l’industrie.

 

La précarité énergétique touche les particuliers à revenu modeste particulièrement frappés par l’augmentation du coût de l’énergie. La multiplication des ménages en situation de précarité dans des logements mal isolés et mal équipés débouche sur une spirale surconsommation / surendettement. Des actions peuvent être menées pour améliorer la qualité des logements et pour faire évoluer les comportements dans le but de diminuer les consommations, tout en augmentant le confort pour les habitants. Les personnes les plus à même de détecter les situations de précarité énergétique sont les travailleurs sociaux, en contact avec les familles. Pour toucher ce public le plus largement possible, l’ADEME s’est associé avec des organismes de formation chargé de la diffusion d’une formation à l’attention de l’encadrement en charge de l’action sociale, du logement, de l’environnement et des travailleurs sociaux des conseils généraux ou d’autres structures du social et de l’habitat.

 

Formation «Les travailleurs sociaux face à la précarité énergétique »

 

Pour connaître nos partenaires, cliquez ici.

 

Le parc d’éclairage public français est vieillissant et représente la moitié des consommations d’électricité des communes. Son renouvellement, indispensable aujourd’hui, doit prendre en compte les enjeux économiques, environnementaux et sociaux propres à répondre aux questions de consommation, de nuisance, de sécurité et de qualité de vie des espaces publics. L’ADEME offre une formation axée sur la rénovation de l’éclairage public en vue de maîtriser les consommations et réduire la pollution lumineuse.

 

Formation « Eclairage Public : Vers le développement durable »

 

Enfin, l’industrie possède un potentiel d’économie d’énergie de l’ordre de 20 % avec les technologies actuellement disponibles. C’est pourquoi l’ADEME engage un travail en lien avec les fédérations industrielles. Entre temps, et dans un contexte d’augmentation du coût de l’énergie, l’ADEME propose un module de formation aux PMI pour les accompagner dans une démarche de réduction de leurs consommations énergétiques, à travers une approche pragmatique.

 

Formation en cours d’actualisation « Comment optimiser les consommations énergétiques de votre entreprise ? »

 

Energies renouvelables

Les énergies renouvelables constituent une des clés de la transition énergétique, en apportant une réponse au défi climatique et à la sécurité d’approvisionnement.

Le Grenelle de l’environnement a introduit un changement en programmant, en accord avec le « paquet énergie-climat » de l’union européenne, le doublement de la production d’énergies renouvelables d’ici 2020.

Le développement des énergies renouvelables ne répond pas seulement à un enjeu environnemental ; les énergies renouvelables permettent la diversification d’approvisionnement. Les enjeux industriels qui s’y rattachent et la création d’emplois qu’elles impliquent en font un acteur central du développement durable.

Historiquement très présente en matière de formation des professionnels de la maîtrise d’œuvre (et parfois de la maîtrise d’ouvrage) dans le domaine des EnR, l’ADEME investit aujourd’hui d’autres champs et devient partie prenante des actions visant à permettre la montée en compétences des installateurs. Très concernée par la transposition de la Directive Européenne sur les Energies Renouvelables, elle soutient la mise en place du dispositif associé.

Par ailleurs, le marché du solaire thermique collectif a fortement augmenté ces dernières années (l’année 2012 a vu le secteur du collectif concentrer près de la moitié de la surface des nouvelles installations solaires en France. Pour assurer sa pérennité, il est nécessaire que les acteurs de la filière se mobilisent pour favoriser la montée en compétences de l’ensemble des parties prenantes. C’est ainsi que l’ADEME œuvre à promouvoir au niveau national des actions régionales exemplaires telles que celles portées en Pays de Loire ou en Languedoc Roussillon.

Ces initiatives régionales viennent compléter avantageusement le dispositif national de formation autour des thématiques Géothermie et Eolien. Ces modules sont diffusés pour l’ADEME par des partenaires de grande qualité tels que le BRGM ou METROL.

 

Partenaire de l'ADEME sur le Grand Eolien

Partenaire de l'ADEME sur la Géothermie


 

Energie bâtiments

En 2010, les consommations d’énergie des bâtiments (immeubles, maisons, bureaux, …) représentaient en France 43  % de la consommation énergétique totale et près de 25  % des émissions de CO2.

L’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments constitue donc l’un des principaux piliers de la lutte contre les changements climatiques en France. Compte tenu du faible renouvellement du parc français (moins de 1  % par an), l’action devra porter prioritairement sur l’habitat existant.

Il convient ainsi d’augmenter le nombre de bureaux d’études compétents afin d’accélérer la réalisation d’audits énergétiques de bâtiments tout en respectant scrupuleusement l’indispensable qualité de ces diagnostics.

Partenaires ADEME sur la formation Réaliser un audit énergétique de qualité dans le bâtiment.

 

Par ailleurs, l’observatoire OPEN, créé par l’ADEME, constate un retard de mise à niveau des compétences des professionnels face aux problématiques actuelles de performance énergétique.

L’ADEME a donc lancé une politique de soutien à la formation des professionnels du bâtiment et est partie prenante du dispositif FEE Bat. En complément, et afin de travailler au plus près à la maîtrise du geste par le professionnel, l’Agence a lancé une initiative très innovante, de mise en œuvre de plateformes techniques et pédagogiques : PRAXIBAT®.

Les formations ADEME, par leur niveau de qualité élevé, mais également leur souci de neutralité, contribuent à la nécessaire montée en compétences des professionnels de ce secteur.

 

Urbanisme durable

Quels choix d’organisation, d’aménagement pour rendre la ville plus agréable à vivre ? Comment utiliser au mieux l’espace disponible ? Quelles solutions pour développer un habitat et des transports urbains plus écologiques, optimiser la gestion de l’énergie ou des déchets, préserver la biodiversité ?

 

La ville est le lieu où tous les enjeux du développement durable se rencontrent, se croisent, se concrétisent, où toutes leurs relation deviennent apparentes.

C’est à l’échelle du territoire, dans lequel s’inscrit la cité, que l’urgence à y faire face prend un sens, qu’elle est palpable par ceux qui y vivent. Il est donc indispensable de penser la développement ddurable à l’échelle du territoire pour agir globalement. Afin d’aider les collectivités locales et les acteurs de l’urbanisme à intégrer le développement durable dans la conception et la réalisation des projets d’urbanisme, l’ADEME a fait  évolouer une méthode spécifique d’accompagnement connue aujourd’hui sous le nom de l’AEU2.

Fondée sur un dialogue permanent avec les acteurs locaux, l’AEU2 permet d’opérer des arbitrages dans lesquels le développement durable intervient non plus comme un paramètre secondaire mais comme un élément fondateur du projet. Cette approche systémique produit des résultats qui vont au-delà de l’amélioration globale de la qualité environnementale. Elle offre un terrain propice à la mise en œuvre de projets innovants et participatifs, économiquement maîtrisés, respectueux des identités locales, où priment qualité de vie et lien social – autant de principes qui inspirent la dynamique émergente des éco-quartiers et de la ville durable.

Les formations proposées donnent aux stagiaires les éléments de méthode et de compréhension nécessaires pour piloter une AEU2 sur des projets de planification ou d’aménagement. Des études de cas sont systématiquement employées pour renforcer la dimension pratique de l’apprentissage.

 

Changement climatique

La France
 est résolument engagée sur la voie 
de la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), à travers les engagements européens et ses propres engagements nationaux issus du Grenelle de l’Environnement.

Le facteur 4, objectif national de division par quatre des émissions de GES entre 1990 et 2050, est maintenant bien connu de tous. Au niveau local, l’atteinte de cet objectif passe notamment par la mise en place des Schémas Régionaux du Climat, de l’Air et de l’Energie (SRCAE) et des Plans Climat Energie Territoriaux (PCET), rendus obligatoires en 2010 pour les collectivités de plus de 50 000 habitants. Afin d’accompagner cette évolution au plus près, l’ADEME propose aux élus et aux agents des collectivités territoriales, ainsi qu’aux organismes en charge de les accompagner, un dispositif complet de formation aux PCET.

Marqué par de fortes spécificités, liées notamment à la prise en compte du vivant, le secteur agricole avait besoin d’un outil de diagnostic spécifique pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre et baisser sa consommation énergétique. L’ADEME et ses partenaires agricoles ont donc développé Dia’terre®, un outil de diagnostic énergie-gaz à effet de serre à l’échelle des exploitations agricoles. Les formations sur cet outil sont dispensées par les partenaires du projet.

Déchets

Véritable enjeu de société, la réduction de la production des déchets constitue un axe essentiel du
développement durable.

En ce sens, le plan d'action qui accompagne les engagements du Grenelle de l'Environnement sur les déchets vise des objectifs quantifiés :

  • 
Réduire de 7 % la production d'ordures ménagères et assimilés par habitant à échéance 2013.
  • 
Porter le taux de recyclage matière et organique des déchets ménagers et assimilés à 35 % en 2012 et 45 % en 2015. Ce taux est fixé à 75 % dès 2012 pour les déchets des entreprises et pour les emballages ménagers.
  • 
Diminuer de 15 % les quantités partant à l'incinération ou au stockage.

Pour mettre en œuvre ces objectifs, l'ADEME a adopté, dès octobre 2009, un nouveau dispositif de soutien financier qui met l'accent, au plan national, sur la multiplication des campagnes d'information, le soutien renforcé à la R&D et le développement du principe de la responsabilité élargie du producteur (REP) dans la fin de vie de ses produits.

Ces objectifs ambitieux nécessiteront l'implication de tous les partenaires concernés : État, collectivités locales, acteurs économiques, professionnels du déchet, associations, citoyens.

 

Les formations ADEME offrent aux professionnels la possibilité d’acquérir les éléments techniques, méthodologiques et les outils permettant la mise en œuvre d’actions concrètes de réduction des déchets sur les territoires. Les formations proposées  répondent de façon qualitative et très approfondie aux questions relatives à la prévention des déchets, aux coûts de la gestion des déchets et à la conception d’un projet de méthanisation.